https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/issue/feed TESL Canada Journal 2019-10-14T08:19:59-07:00 TESL Canada Journal teslcanadajournal@tesl.ca Open Journal Systems <p>TESL Canada Journal, established in 1984, is a refereed journal for practicing teachers, teacher educators, graduate students, and researchers. TESL Canada Journal invites the submission of unpublished manuscripts about the learning and teaching of official languages; second language teacher education; and the maintenance and development of minority, heritage, or Aboriginal languages.</p> <p>This publication is funded by a grant from the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada under its program to encourage the dissemination of information on the teaching and learning of English and French as second languages in Canada.&nbsp;</p> <p>This journal provides immediate open access to its content on the principle that making research freely available to the public supports a greater global exchange of knowledge.</p> https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1333 Front Matter 2019-10-01T19:02:23-07:00 TESL Canada Journal teslcanadajournal@tesl.ca 2019-09-30T20:42:38-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1331 A Word from the Guest Editors 2019-10-14T08:19:59-07:00 Saskia Van Viegen teslcanadajournal@tesl.ca Meike Wernicke teslcanadajournal@tesl.ca Sandra Zappa-Hollman teslcanadajournal@tesl.ca 2019-09-30T20:27:08-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1335 Plurilingual Students' Practices in a Canadian University: Chinese Language, Academic English, and Discursive Ambivalence 2019-10-14T08:19:58-07:00 Steve Marshall teslcanadajournal@tesl.ca Danièle Moore teslcanadajournal@tesl.ca Connie Lam James teslcanadajournal@tesl.ca Xiaojie Ning teslcanadajournal@tesl.ca Pedro Dos Santos teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>W</em><em>e present findings from a 1-year study of students’ plurilingualism across the disciplines in Canadian higher education. We analyze how students exercise their plurilingual competence, focusing on the use of Chinese languages as tools for learning at a university in Metro Vancouver, Canada. The following data are presented: field notes taken during classroom observations, transcripts of recordings of students using Chinese languages while working collaboratively, and semistructured interviews with students in which they discuss how they use languages for learning. We weigh the creative and instrumental use of Chinese languages as tools for learning against the dominance of academic English. We suggest that the tension between the use of Chinese languages during the process of learning and academic English for assessment underlies the ambivalence around which student participants perceive and practice plurilingualism in higher education. </em></p> <p><em>Nous présentons les conclusions d’une étude d’une durée d’un an sur le plurilinguisme estudiantin à travers les disciplines de l’enseignement supérieur canadien. Nous analysons la façon dont les étudiantes et étudiants exercent leur compétence plurilingue en nous concentrant sur l’utilisation de langues chinoises comme instruments d’apprentissage dans une université du district régional du Grand Vancouver au Canada. Les données suivantes sont présentées&nbsp;: notes prises lors d’observations en classe, transcriptions d’enregistrements d’étudiantes et étudiants communiquant en langues chinoises dans le cadre de travaux en collaboration, et entrevues semi-structurées au cours desquelles ils discutent de la façon dont ils utilisent les langues pour apprendre</em><em>. Nous établissons une pondération entre l’utilisation créative et instrumentale des langues chinoises comme outils d’apprentissage et la domination de l’anglais académique. Nous suggérons que la tension qui existe entre l’utilisation des langues chinoises en cours d’apprentissage et l’utilisation de l’anglais académique pour l’évaluation souligne l’ambivalence dans laquelle baignent les perceptions et les pratiques plurilingues des étudiantes et étudiants de langues chinoises au niveau de l’enseignement supérieur. </em></p> 2019-09-30T20:58:45-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1337 Translanguaging-as-Resource: University ESL Instructors’ Language Orientations and Attitudes Toward Translanguaging 2019-10-14T08:19:58-07:00 Jennifer Burton teslcanadajournal@tesl.ca Shakina Rajendram teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>This article explores university English as a Second Language (ESL) instructors’ attitudes toward translanguaging in the classroom and possible reasons for instructors’ resistance in moving translanguaging ideology into English language teaching pedagogy. Many researchers have forwarded translanguaging as a theoretical and pedagogical approach to language education because of its potential cognitive, social, and affective benefits. A&nbsp;translanguaging pedagogy calls for instructors to affirm&nbsp;the dynamic and diverse&nbsp;language practices that multilingual students utilize as part of their&nbsp;unitary language repertoire. However, because English-only pedagogies, policies, and practices still permeate the ESL classroom, it is critical to understand how ESL instructors’ language ideologies and orientations play a role in shaping their pedagogical practices and classroom language policies. Using Ruíz’s orientations in language planning and translanguaging theory, this study examined the language orientations of five ESL instructors at a major Canadian university based on qualitative data gathered through semistructured interviews. The findings provide insights into instructors’ attitudes toward translanguaging, the relationship between instructors’ language learning experiences and their classroom language policy, and institutional opportunities and constraints.</em></p> <p><em>Le présent article explore les attitudes des professeurs d’anglais langue seconde (ESL) au niveau universitaire face au translangagisme en salle de classe ainsi que les raisons possibles de leur résistance à l’introduction de l’idéologie translangagière dans la pédagogie de l’enseignement de l’anglais. De nombreux travaux de recherche renvoient au translangagisme comme démarche théorique et pédagogique d’enseignement des langues en raison de ses avantages cognitifs, sociaux et affectifs. La pédagogie translangagière invite les professeurs à soutenir le dynamisme et la diversité des pratiques langagières que les étudiantes et étudiants multilingues utilisent déjà dans le cadre de leur&nbsp;répertoire linguistique unitaire. Toutefois, puisque l’enseignement de l’anglais langue seconde en classe reste imprégné de pédagogies, de politiques, et de pratiques exclusivement anglophones, il est essentiel de comprendre le rôle que jouent les idéologies et les orientations des professeurs d’anglais langue seconde dans la formation de leurs pratiques pédagogiques et de leurs politiques d’enseignement en classe. S’inspirant des orientations de Ruíz en matière de planification langagière et de théorie translangagière, la présente étude examine les orientations linguistiques de cinq professeures et professe</em><em>urs d’anglais langue seconde dans une grande université canadienne à l’aide de données qualitatives recueillies dans le cadre d’entrevues semi-structurées. Les conclusions de l’enquête aident à mieux comprendre les attitudes des professeurs face au translangagisme, la relation entre les expériences d’apprentissage langagier des professeurs, et leur politique langagière en classe ainsi que les possibilités et les contraintes institutionnelles.</em></p> 2019-10-01T18:00:58-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1339 Challenging Deficit Constructions of the International Student Category in Canadian Higher Education 2019-10-14T08:19:57-07:00 Victoria Surtees teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>The trend toward internationalization on Canadian campuses has been simultaneously lauded as an opportunity for promoting campus diversity and criticized for creating a campus environment that is segregated along linguistic and ethnic lines. As a result of these tensions, students labelled as “international” have become the focus of increasing amounts of media attention. In this article, drawing on interviews with undergraduate students (</em>n<em> = 13) from one postsecondary Canadian institution, I examine how the seemingly neutral labels applied to diverse students, such as the category “international,” operate in talk to reproduce deficit understandings of these students, particularly in regard to their English language abilities. I then provide evidence that students also construct more positive representations of international students through references to their experiences of migration and their expertise interacting with speakers of different Englishes. I offer the notion of “language brokers” as a helpful conceptual lens for interpreting this categorization and for reflecting on the contributions that international students make to Canadian higher education. </em></p> <p><em>La tendance de l’internationalisation dans les universités canadiennes a simultanément été louée comme une occasion de promouvoir la diversité sur le campus et critiquée pour la ségrégation qu’elle opère dans l’environnement universitaire en fonction de l’appartenance linguistique et ethnique. Ces tensions ont pour effet d’attirer progressivement l’attention des médias sur les étudiants dits « internationaux ».&nbsp; Dans le présent article, je m’appuie sur des entrevues avec des étudiantes et étudiants de premier cycle (</em>n<em> = 13) inscrits dans un établissement postsecondaire canadien pour examiner la façon dont des étiquettes apparemment neutres accolées à des étudiants diversifiés, comme par exemple la catégorie des étudiants « internationaux », crée un langage qui reflète certains déficits de compréhension de tels étudiants, particulièrement en ce qui concerne leurs compétences linguistiques en anglais. J’apporte ensuite la preuve que les étudiants construisent également des représentations plus positives des étudiants internationaux à la lumière de leur expérience migratoire et de la compétence avec laquelle ils interagissent avec des interlocuteurs qui s’expriment dans les multiples variations de l’anglais. J’offre la notion de « courtier en langues » comme lentille conceptuelle utile pour l’interprétation de cette catégorisation et pour une réflexion sur les apports des étudiants internationaux à l’enseignement supérieur au Canada. </em></p> 2019-10-01T18:05:42-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1341 Institutional Roles and Identity Construction of Applied Linguistics Faculty Involved in Interdisciplinary Collaborations for Multilingual Student Success 2019-10-14T08:19:56-07:00 Roumiana Ilieva teslcanadajournal@tesl.ca Amanda Wallace teslcanadajournal@tesl.ca Valia Spiliotopoulos teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>This article analyzes the academic identity constructions of applied linguists in the context of interdisciplinary collaborations as they seek to integrate language and content at the curricular core of an increasingly multilingual and multicultural university in Western Canada. The study draws on transcripts of audiotaped monthly meetings, framed as a professional learning community, where participants shared and discussed existing literature on interdisciplinary collaborations in support of multilingual student success, as well as their experiences with collaboration in the institution. In this qualitative study, data were analyzed thematically, and the themes that emerged suggest complex connections between institutional roles and professional identities with the changing roles of the participants in the institution interacting with the construction of their academic identities. Overall, we conceptualize these applied linguists as cross-boundary academics who perform translational functions within the institution in negotiating their disciplinary knowledge with faculty across the disciplines. As such, they contribute to building capacity in working in a multilingual environment through their efforts to integrate language and content instruction jointly with their disciplinary colleagues.</em></p> <p><em>Le présent article analyse les constructions d’identité académique d’un groupe de linguistes en linguistique appliquée dans le contexte de collaborations interdisciplinaires visant l’intégration de langue et de contenus dans le noyau curriculaire d’une université de plus en plus multilingue et multiculturelle de l’Ouest du Canada. L’étude s’appuie sur des transcriptions de réunions mensuelles enregistrées sur bande sonore au cours desquelles les participants, présentés comme une communauté d’apprentissage professionnelle, partageaient et discutaient de la littérature existante sur les collaborations interdisciplinaires en soutien du succès des étudiantes et étudiants multilingues, ainsi que de leurs expériences de collaboration au sein de l’établissement. Dans cette étude qualitative, les données ont fait l’objet d’une analyse thématique, et les thèmes qui ont émergé suggèrent l’existence de connexions complexes entre les rôles institutionnels et les identités professionnelles à mesure que l’évolution des rôles des participants au sein de l’établissement interagit avec la construction de leur identité académique. Globalement, nous conceptualisons ces linguistes en linguistique appliquée comme des universitaires transfrontaliers qui remplissent des fonctions translationnelles au sein de l’établissement en négociant leurs connaissances disciplinaires avec le corps professoral à travers les disciplines. Ce faisant, elles ou ils contribuent à l’accroissement de la capacité de travailler dans un environnement multilingue grâce à leurs efforts pour intégrer l’enseignement de langues et de contenus conjointement avec des collègues de diverses disciplines.</em></p> 2019-10-01T18:13:38-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1343 More than Language—Evaluating a Canadian University EAP Bridging Program 2019-10-14T08:19:56-07:00 Saskia Van Viegen teslcanadajournal@tesl.ca Bruce Russell teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>This article highlights findings from evaluation of a bridging program for international students at a large Canadian university. Designed specifically for the postsecondary context, the program moved along the continuum from a general, skills-based approach to English for Academic Purposes (EAP) teaching and learning, in which the focus may be on developing linguistic and communicative strategies common across academic subject areas, toward an approach that emphasizes context-specific, disciplinary uses of language. This shift from general to specific reflects the program’s interest in cultivating a more embedded, discipline-specific model for language teaching and learning in higher education, toward an English for Specific Purposes (ESAP) framework. Understanding this approach from a disciplinary literacy lens, the article describes the program model and examines relations among students’ language proficiency assessments, performance in the program, and subsequent performance in degree programs.     </em></p> <p><em>Le présent article illustre les conclusions de l’évaluation d’un programme de transition pour les étudiants internationaux d’une grande université canadienne. Conçu spécifiquement pour le contexte postsecondaire, le programme progressait le long du continuum à partir d’une approche générale fondée sur les compétences de l’enseignement et de l’apprentissage de l’anglais académique (EAP), démarche pouvant mettre l’accent sur le développement de stratégies linguistiques et communicatives communes à toutes les matières académiques, pour passer ensuite à une approche qui met en relief un niveau de langue adapté à certains contextes et certaines disciplines. Ce passage du général au spécifique reflète l’intérêt du programme à cultiver un modèle d’enseignement et d’apprentissage des langues plus intégré et plus spécifique dans l’enseignement supérieur en préparation pour un cadre d’enseignement de l’anglais à des fins spécifiques (ESAP). Interprétant cette approche à la lumière de la littératie disciplinaire, l’article décrit le modèle du programme et examine les relations entre les évaluations de compétences linguistiques des étudiantes et étudiants, leurs résultats dans le cadre du programme et leurs résultats subséquents dans celui des programmes de grade universitaire.    </em></p> 2019-10-01T18:20:27-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1345 Plurilingualism in Higher Education: A Collaborative Initiative for the Implementation of Plurilingual Pedagogy in an English for Academic Purposes Program at a Canadian University 2019-10-14T08:19:55-07:00 Angelica Galante teslcanadajournal@tesl.ca Kerstin Okubo teslcanadajournal@tesl.ca Christina Cole teslcanadajournal@tesl.ca Nermine Abd Elkader teslcanadajournal@tesl.ca Nicola Carozza teslcanadajournal@tesl.ca Claire Wilkinson teslcanadajournal@tesl.ca Charles Wotton teslcanadajournal@tesl.ca Jelena Vasic teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>Previous literature on higher education suggests the inclusion of pedagogy that is linguistically and culturally inclusive in settings with increasing multilingualism, which is the case in Canada. Yet, little is known as to how the implementation of such pedagogy can take place, particularly in language programs. This article reports a researcher-instructor collaboration that aimed at implementing plurilingual practices, such as translanguaging, plurilingual identity</em><em>, comparons nos langues</em><em>, and intercomprehension over 4 months in an English for Academic Purposes (EAP) program at a university in Toronto, Canada. Seven EAP instructors collaborated with a researcher to implement weekly plurilingual tasks: They conducted an environment analysis, examined the logistics of implementation, and collaboratively examined the tasks. The article presents the process of implementation of the plurilingual tasks and proposes a framework for collaboration with four key elements:</em><em> administrative support, openness to the use of languages other than English in class, weekly collaborative checks with the researcher, and the learner-centered nature of the tasks</em><em>. Implications for the implementation of plurilingualism in English language programs in higher education are discussed. </em></p> <p><em>La littérature existante sur l’enseignement supérieur suggère l’inclusion d’une pédagogie linguistiquement et culturellement inclusive là où le multilinguisme est en hausse, ce qui est le cas au Canada. On sait toutefois peu de choses sur la façon dont la mise en œuvre d’une telle pédagogie pourrait s’effectuer, particulièrement dans les programmes de langue. Le présent article rend compte d’une collaboration entre une chercheuse et plusieurs professeurs qui portait sur la mise en œuvre de pratiques plurilingues comme le translangagisme, l’identité plurilingue, Comparons nos langues, et l’intercompréhension sur une période de 4 mois dans le cadre d’un cours d’anglais académique (EAP) offert dans une université de Toronto, au Canada. Sept professeurs d’anglais académique ont collaboré avec une chercheuse à la mise en œuvre de tâches plurilingues hebdomadaires, et ce, en réalisant une analyse de l’environnement, en examinant la logistique de la mise en œuvre et en collaborant à l’examen des tâches. L’article présente le processus de mise en œuvre des tâches plurilingues et propose un cadre de collaboration comportant quatre éléments clés :</em><em> soutien administratif, ouverture à l’utilisation de langues autres que l’anglais en classe, contrôles collaboratifs hebdomadaires avec la chercheuse et choix de tâches centrées sur l’apprenante ou l’apprenant.</em><em> Les implications de la mise en œuvre du plurilinguisme à l’intérieur des programmes de langue anglaise dans l’enseignement supérieur font l’objet d’une discussion. </em></p> 2019-10-01T18:30:05-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1347 Toward Linguistically and Culturally Responsive Teaching in the French as a Second Language Classroom 2019-10-14T08:19:54-07:00 Meike Wernicke teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>In English-majority contexts such as British Columbia, French second language (FSL) teachers are increasingly encountering students who are also learning French in addition to English and their home languages. Research findings show that dual language learners are successfully supported through multilingual pedagogies that acknowledge and explicitly value students’ prior learning experiences and multilingual knowledge as an integral resource in their language learning. This poses a particular challenge for FSL teacher candidates whose own language learning experiences have been shaped by institutional bilingualism and monoglossic approaches in bilingual education contexts. This article sets out the implications of this challenge and then describes a teacher education course that specifically addresses the Teaching of English as an additional language (TEAL) with teacher candidates in an elementary French specialist cohort program at a university in British Columbia. The discussion provides an overview of the course and then describes some of the ways in which critical language awareness can be fostered among FSL teacher candidates’ strategies to encourage a linguistically and culturally responsive approach to FSL teaching. </em></p> <p><em>Dans un contexte majoritairement anglophone comme celui de la Colombie-Britannique, les enseignantes et enseignants de français langue seconde (FLS) se trouvent de plus en plus souvent face à des élèves qui apprennent le français en plus de l’anglais et de la langue qu’ils ou elles parlent à la maison. Les recherches démontrent que les élèves qui apprennent deux langues bénéficient de pédagogies multilingues efficaces qui reconnaissent et mettent explicitement en valeur leurs expériences d’apprentissage antérieures et leurs connaissances multilingues, et ce, en en faisant une partie intégrante des ressources dans lesquelles ils peuvent puiser au cours de leur apprentissage linguistique. Cela pose un défi particulier pour les enseignantes et enseignants de FLS en formation dont les expériences d’apprentissage linguistique ont été façonnées par le bilinguisme institutionnel et une conception monoglossique des contextes éducatifs bilingues. Le présent article expose les implications de ce défi et décrit ensuite un cours de formation d’enseignantes et d’enseignants qui porte spécifiquement sur l’enseignement de l’anglais comme langue complémentaire (TEAL) dans le cadre d’un programme offert par une université britannico-colombienne à une cohorte de spécialistes de la langue française au niveau élémentaire. La discussion présente un aperçu du cours et décrit ensuite certaines façons de favoriser le développement d’une conscience linguistique critique dans le cadre des stratégies des enseignantes et enseignants de FLS en formation afin de promouvoir le développement d’une conception de l’enseignement qui prenne en compte les réalités linguistiques et culturelles.</em></p> 2019-10-01T18:35:40-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1349 Discourses, Practices, and Realities of Multilingualism in Higher Education 2019-10-14T08:19:54-07:00 Hyunjung Shin teslcanadajournal@tesl.ca Andrea Sterzuk teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>This </em>Perspectives <em>article explores the changing sociolinguistic realities of Canadian postsecondary institutions focusing on tensions and contradictions around two prominent discourses: internationalization and indigenization of higher education. In doing so, we focus on a common challenge: English dominance in Canadian universities. This linguistic hegemony persists in a time of Truth and Reconciliation and indigenization of education as well as within the intensified discourse of internationalization in the new global political economy. As professors of language education in two prairie province universities, we draw on examples from our own contexts and consider the potential mismatches between positive discourses about multilingualism and practices and structural realities that do not support on-the-ground multilingualism. We situate our discussion within a larger social, political economic context of contemporary colonialism and capitalism. Our goal is to introduce a critique of the ongoing role Canadian universities play in producing settler colonialism and English monolingualism as well as to provide suggestions to engage more meaningfully with multilingualism in today’s higher education across Canada. </em></p> <p><em>Cet article de </em>Perspectives <em>explore l’évolution des réalités sociolinguistiques des établissements postsecondaires canadiens en mettant l’accent sur les tensions et les contradictions qui entourent deux discours très répandus&nbsp;: l’internationalisation et l’autochtonisation de l’enseignement supérieur. Dans ce cadre, nous nous concentrons sur un défi commun&nbsp;: la dominance de la langue anglaise dans les universités canadiennes. Cette hégémonie linguistique persiste à une époque caractérisée par des notions de Vérité et Réconciliation et d’autochtonisation de l’éducation, et elle s’inscrit également dans un discours intensifié d’internationalisation au sein de la nouvelle économie politique mondiale. Professeures de langues dans deux universités différentes des Prairies canadiennes, nous nous appuyons sur des exemples tirés de nos propres contextes et nous penchons sur les possibilités d’inadéquation entre des discours positifs sur le multilinguisme et des pratiques et des réalités structurelles qui ne soutiennent pas le multiculturalisme sur le terrain. Nous inscrivons notre discussion dans le contexte plus large du colonialisme et du capitalisme contemporains. Notre objectif est d’entamer une critique du rôle que les universités canadiennes continuent de jouer dans la production d’un colonialisme de peuplement et d’un monolinguisme anglophone, et également de fournir des suggestions en faveur d’un engagement plus significatif envers le multiculturalisme dans l’enseignement supérieur actuel à travers le Canada. </em></p> 2019-10-01T18:41:26-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1351 Sitting at 6.5: Problematizing IELTS and Admissions to Canadian Universities 2019-10-14T08:19:53-07:00 Jennifer J. MacDonald teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>The International English Language Testing System (IELTS) standardized English language proficiency (ELP) exam is widely accepted proof of ELP at Canadian universities. The majority of Canadian universities set very similar IELTS cut scores for admission; however, these differ from the IELTS-recommended minimum cut scores. The use of the IELTS exam as an admission tool is not unproblematic, with debates around where to set cut scores, the interplay of political and administrative concerns in setting admissions criteria, and the correlation between cut scores and student academic success. As well, the issue of essential academic skills and literacies and their relationship to the exam, curricula, and student academic success figure in the broader discussion around the IELTS exam and its use in Canadian higher education. </em></p> <p><em>L’évaluation standardisée des compétences linguistiques en anglais (ELP) du Système international de tests de la langue anglaise (IELTS) est largement reconnue comme preuve de compétence en anglais dans les universités canadiennes. La majorité d’entre elles établissent des notes de passage IELTS très semblables pour l’admission, mais celles-ci diffèrent des notes de passage minimales recommandées par l’IELTS. L’utilisation de l’examen IELTS comme outil d’admission n’est pas sans problèmes en raison des débats dont font l’objet la hauteur des notes de passage, l’interaction des préoccupations politiques et administratives qui entrent en jeu lors de l’établissement des critères d’admission, et la corrélation qui existe entre les notes de passage et la réussite académique des étudiantes et étudiants. La question des compétences et littératies académiques essentielles et de leur relation avec les examens, les programmes d’études et la réussite académique des étudiantes et étudiants entre elle aussi en ligne de compte dans le débat plus large qui porte sur l’examen IELTS et son utilisation dans l’enseignement supérieur au Canada. </em></p> 2019-10-01T18:47:06-07:00 ##submission.copyrightStatement## https://teslcanadajournal.ca/index.php/tesl/article/view/1353 Revisiting Proofreading in Higher Education: Toward an Institutional Response to Editors Canada’s Guidelines for Ethical Editing of Student Texts 2019-10-14T08:19:52-07:00 Nina Conrad teslcanadajournal@tesl.ca <p><em>Anglosphere universities are a site of growing concern about students’ use of professional English language editing and proofreading services for the correction of academic writing. Students’ use of such services raises issues of ethics and academic integrity as well as fundamental questions about how value is allotted to the labour involved in producing written texts and providing writing instruction. In addition, the term </em>proofreading<em> is ambiguous, obscuring the extent to which proofreaders intervene in students’ written texts. Although much attention has been focused on graduate students’ use of proofreading services, there is growing recognition that some undergraduates receive proofreading as well. In response to these issues, Editors Canada (2018) has recently released new guidelines for ethical editing of student texts that, for the first time, delineate standards for professional editing of both undergraduate and graduate students’ writing. These guidelines are effective in clarifying acceptable practices for editors, students, and university instructors, yet they apply only to students who seek proofreading from an Editors Canada affiliate. This essay summarizes key considerations in the proofreading debate with the aim of encouraging the development of clearer institutional and classroom policies on proofreading that will complement the Editors Canada guidelines and apply to all students.</em></p> <p><em>Les universités de l’anglosphère s’inquiètent de plus en plus de l’utilisation que font les étudiants et étudiantes de services professionnels de révision et de correction pour leurs textes académiques de langue anglaise. Le recours à de tels services de la part des étudiants soulève &nbsp;des questions d’éthique et d’intégrité académique en plus de questionnements fondamentaux sur l’attribution de la valeur accordée au travail exigé pour la production de textes écrits et l’enseignement de l’écriture. Qui plus est, le terme de </em>correction<em> est ambigu puisqu’il ne permet pas de déterminer dans quelle mesure les correcteurs interviennent dans les textes écrits des étudiants. Si on accorde une attention grandissante au recours des étudiants de cycle supérieur aux services de correction, on reconnaît de plus en plus que certains étudiants de premier cycle y font appel eux aussi. En réponse à ces questions, Réviseurs Canada (2018) a récemment publié de nouvelles directives pour la révision éthique de textes rédigés par des étudiants qui délimitent pour la première fois les normes applicables à la révision professionnelle de textes d’étudiants de premier cycle et de cycle supérieur. Ces normes définissent clairement les pratiques acceptables chez les réviseurs, les étudiants, et les enseignants universitaires, mais elles s’appliquent uniquement aux étudiants qui recourent à des services de correction de texte affiliés à Réviseurs Canada. Le présent essai résume les principales considérations du débat sur la correction de texte dans le but de permettre d’offrir aux établissements et aux salles de classe des politiques de correction plus claires susceptibles de compléter les directives de Réviseurs Canada et de s’appliquer à l’ensemble de la population étudiante. </em></p> 2019-10-01T18:52:45-07:00 ##submission.copyrightStatement##